Compte-rendu Atelier d’Ecriture Erasmus

Quelques mots-clés et notions à retenir :

tangible

transférable

pérenne

Espace commun d’éducation de la formation et de l’emploi

Plus-value qualitative

Comités Régionaux de la Mobilité (COREMOB)

Programme Européen Jeunesse en Action (PEJA)

Alliances de la connaissance : avec le supérieur

Alliances sectorielles : pour la formation professionnelle, 9 organisations à 3 pays minimum.

Objectifs des partenariats stratégiques :

Encourager la Coopération Internationale

Développer des pratiques innovantes

Qualité

Modernisation

Innovation

Développer, transférer et mettre en œuvre

Privilégier les bonnes pratiques

Projets transsectoriels entre :

l’enseignement supérieur

l’enseignement et la formation professionnelle

l’enseignement scolaire

l’éducation des adultes

la jeunesse

Modalités :

Durée de 2 à 3 ans

Minimum 3 pays partenaires ERASMUS +

Concerne toute organisation publique ou privée d’un pays participant au programme dans le champ de l’éducation

Trouver des partenaires : grâce aux réseaux sociaux, aux confs, au contacts déjà existants, sur e-twinning. Le plus facile étant de construire à parteir des contacts déjà existants.

7 lignes budgétaires :

  • les coûts unitaires :

    – management du projet

    – réunions de projets transnationales

    – coûts liés à la production intellectuelle (écriture d’un module, publications…)

    – événements de dissémination (diffusion, information, communication)

    – apprentissage, enseignement, formation

    • les coûts réels :

      – frais exceptionnels (sous-traitance, équipement…)

      – besoins spécifiques (pour des participants handicapés par exemple)

Un simulateur budgétaire est disponible sur la plateforme Pénélope +. Ce simulateur ne donne aucune liberté : le calcul est effectué en fonction du pays (par exemple la rémunération d’un professionnel est calculé en fonction de la rémunération dans son pays)

Pas de production intellectuelle > pas d’événement de dissémination

La participation des apprenants et personnels doit découler de la thématique du partenariat.

Mobilités :

Des mobilités individuelles associées au programme sont possibles pour les personnels (5 à 14 jours à 100 euros par jour) et les apprenants (5 à 14 jours à 55 euros par jour)

Il est recommandé d’établir les règles financières avec les partenaires avant la signature des accords. Le porteur du projet est seul à recevoir l’argent et à l’utiliser en fonction des actions menées avec les partenaires. Attention aux contrôles !

Dépôt du formulaire :

Le porteur du projet est celui qui le dépose et se charge de son management. C’est à lui d’expliquer comment va se réaliser le projet.

Il faut un code PIC pour les partenaires pour ne pas bloquer le formulaire.

Un seul dépôt et c’est le coordinateur qui gère tout, pas les partenaires.

Critères d’évaluation du projet :

Pertinence du projet : 30 pts

Mise en œuvre : 20 pts

Qualité des partenaires et méthodes de Coopération : 20 pts

Impact, dissémination, pérennisation, transfert : 30 pts

Fabienne ROUCHUT

Compte-rendu de réunion – Lundi 17 mars

Le groupe a décidé de travailler à la rédaction d’un document qui pourra être donné à nos futurs partenaires (maîtres de stage, établissements scolaires…).

Chaque filière doit travailler à la rédaction de ce document afin de définir leurs attentes en termes de stages : les activités à proposer aux stagiaires, les compétences à valider, les conditions d’hébergement (logement éventuel et nourriture) ainsi que les responsabilités (assurances) de chacun.

Ce document sera donné aux établissements partenaires à l’occasion de déplacements des personnels (mobilités, voyages…) afin de privilégier le contact direct sans coût supplémentaire et permettre la discussion.

Ces documents devront être finalisés avant les vacances de Pâques afin de commencer le plus tôt possible à les donner à nos futurs partenaires.

Ces documents seront également traduits dans la langue parlée par nos partenaires autant que possible (Anglais, Allemand, Espagnol et Français avec l’aide des profs de langues du lycée).

Nous nous appuierons en priorité sur nos réseaux existants et sur les contacts récents que nous essaierons de consolider : Allemagne, Hongrie, Roumanie, Pologne, Finlande, Espagne, Portugal, Angleterre, Inde.

Ainsi, le groupe a désigné des référents pour les pays concernés :

Céline Saint-Jean : Hongrie, Andalousie

Luis Da Costa : Portugal

Carolin Rost : Allemagne

Fabienne Rouchut : Angleterre, Allemagne, Finlande, Inde

Anouck Maugrion : Pologne

Annie Bruguet / Jean-Louis Crassat : Roumanie.

Cette démarche devra se mettre en place pour l’élaboration de partenariat en vue du dépôt en 2015 des formulaires Erasmus+ actions clés 1 et actions clés 2.

Le document ainsi élaboré permettra également de travailler avec les potentiels maîtres de stage des 4 élèves de 1ère CGEA qui souhaitent partir dès cette année et qui pourront sans doute le faire grâce aux bourses du Conseil Régional et de l’OFAJ si leur volonté de partir se confirme dans les semaines à venir. Il est important d’essayer de les envoyer en stage à l’étranger si nous voulons pouvoir susciter l’envie d’autres élèves lors d’une restitution comme celle de nos élèves parties l’année dernière.

Quelques dates à retenir :

Le 1er avril : réunion pour l’écriture de la charte ECHE (A. MAUGRION, F. ROUCHUT)

Le 3 avril, réunion du groupe de travail : production des documents préparés au sein des équipes.

Le 8 avril : atelier d’écriture pour la Charte ECHE à Paris (participation de F. ROUCHUT et une autre personne, membre d’une équipe de BTS mais qui? Personne pour l’instant)

Le 14 mai, date limite pour le dépôt de la charte ECHE > solliciter les équipes de BTS pour obtenir un catalogue de cours à mettre en ligne sur le site du lycée mais aussi un document à donner aux futurs partenaires, comme pour les lycéens. Prévoir le dépôt de la Charte dans les 3 jours de la rentrée des vacances de Pâques (5, 6 ou 7 mai).

Afin de préparer au mieux l’écriture de la Charte ECHE, il nous faut solliciter le service informatique afin de créer une rubrique Coop Inter dans laquelle nous pourrons mentionner toutes nos actions à l’étranger (échanges, stages…) et valoriser notre travail (lien qui sera mentionné dans la Charte). Il nous faut aussi leur demander de nous aider pour la mise en ligne des catalogues de cours pour les BTS et de la « politique » des langues de l’établissement (qui permettrait de valoriser les documents crées par les étudiants de STA et PA cette année pour présenter leurs TPs à des étudiants étrangers qui pourraient venir dans notre établissement).

Fabienne ROUCHUT

Compte-rendu Atelier d’écriture Erasmus Plus

Dépôt des dossiers en action clé 1 (mobilités) le 17 mars 2014, mais attention ! Il vaut mieux s’y prendre quelques jours avant car risque de saturation.

Dépôt dossiers en action clé 2 (partenariats stratégiques) le 30 avril 2014. Même remarque.

Dépôt Charte ECHE, plus tard mais on ne sait pas quand.

Plusieurs formulaires à renseigner :

  • Formation professionnelle

  • Formation scolaire

  • Formation Supérieure (pour les établissements ayant obtenu la Charte ECHE, il faut aussi renseigner Erasmus Plus pour les mobilités des étudiants)

En clair, pour nous : il faut un formulaire FP action 1 et éventuellement action 2 (si on veut établir des partenariats stratégiques, ce qui remplace le principe Coménius), un formulaire Formation Scolaire Action 2 pour le public de l’option Coop Inter, pas d’action 1 a priori car ces publics ne sont pas forcément concernés par des mobilités.

Les Bac Techno rentrent dans le cadre formation professionnelle ainsi que les apprentis.

Action clé 1 : élèves de bac pro, bac techno, apprentis, formateurs et enseignants. Pour les mobilités de stage. Pas de mobilité accompagnateur et pas de visite préparatoire. Si on organise des visites préparatoires, il ne faudra pas les annoncer comme telles, mais les faire passer dans les frais de gestions (qui représentent 350 euros par bourse utilisée) et utiliser aussi les fonds propres du lycée. Les fonds du programme n’ont pas vocation de couvrir toutes les dépenses. Le formateur pourra, à l’occasion d’une action de formation pour lui, préparer les mobilités de ses élèves.

Si le dossier est accepté, les bourses seront utilisables dès le 1er juillet 2014 mais tous les documents devront être datés après le 1er juillet. Tout ce qui sera à une date antérieure ne sera pas pris en compte. Difficile quand on n’avait pas de Léonardo avant, surtout si on envoie des élèves en stage au cours de l’été 2014.

Action Clé 2 : Partenariats stratégiques. Un atelier d’écriture prévu le 21 mars, à confirmer. C’est ce qu’il nous faudrait pour nos échanges à venir avec le Portugal par exemple, ou d’autres pays. A privilégier pour nos élèves de l’option Coop Inter car ils ne rentrent pas dans les actions clés 1 (mobilité). Il faut un projet à trois pays autour d’un thème commun à définir et traiter ensemble. Pour l’option Coop Inter, il ne pourra s’agir que d’objectifs culturels. Attention ! Erasmus Plus ne finance pas les voyages d’études….

Conseils pratiques et infos utiles, en vrac :

  • les stages sont possibles sur des établissements scolaires (exploitation et autres centres)

  • l’assistant Coménius n’existe plus. A l’avenir ce seront les universités d’envoi des étudiants qui s’occuperont de leur demande de mobilité

  • les bacs technos rentreront dans le formulaire formation professionnelle, il faudra juste éviter de mentionner le terme « technologique » et se contenter de noter « Bac STAV » en donnant la signification de STAV

  • établir les conventions avec le générateur de conventions dans les langues des pays concernés (attention : il n’y a rien pour le Portugal, ni pour l’Espagne)

  • visiter la plateforme Moveagri pour les démarches administratives et les conseils pratiques sur la vie dans les différents pays visés (ils n’y sont pas tous encore)

  • attention aux annexes pédagogiques : elles doivent être claires, avoir du sens, définir le rôle du maître de stage, correspondre à la filière visée et au niveau de formation (un BTS ne doit pas faire un stage de niveau Bac Pro et vice versa)

  • les apprentis sont éligibles. Si stage sur temps de formation, la convention s’établit entre le maître d’apprentissage, CFA et apprentis mais avec « avenant » pour changement de MA

  • il faut intégrer la préparation au départ dans le projet et la réaliser. Mais, contrairement à l’ancien programme, Erasmus plus ne finance plus cette préparation linguistique et culturelle. Toutefois, on doit la prévoir, soit avec les ressources de l’établissement (enseignants…) ou avec des intervenants extérieurs (des contractuels peuvent être embauchés pour ces préparations). Tout recrutement doit être présenté au CA

  • pour la gestion des mobilités, il serait bon d’organiser une réunion des Secrétaires généraux en Région pour expliquer ce qu’il y a à faire. Très important : se rapprocher de l’agent comptable et de l’attaché, beaucoup de travail et il faut bien expliquer

  • pour les rencontres entre jeunes (hors temps scolaire) il existe le PEJA (Programme Européen Jeunesse en Action) mais il n’y a pas encore d’informations disponibles

  • Les adultes (CFPPA) ne sont pour l’instant dans aucun programme

  • Recourir à un jeune en service civique français peut-être une solution pour des interventions, notamment au niveau de la préparation des mobilités (clubs de langues des pays concernés par exemple)

  • Dans le formulaire, ne pas oublier l’évaluation du projet et les modalités de cette évaluation : rétro-planning, réunion régulière du comité de pilotage, mise en place d’une enquête, suivi des stagiaires (mails, sms…)

  • mentionner l’impact, si on peut le mesurer, sur le recrutement

  • prévoir un outil pour mesurer l’évolution du stagiaire, notamment sur le plan linguistique

  • valorisation : l’Europass est généré automatiquement après une mobilité. En revanche, il faut réunir toutes les bonnes conditions pour que les Europass soient bien remplis.

  • Utiliser les CV européens que l’on peut faire évoluer après le retour de stage : compléter par les nouvelles compétences acquises en stage

  • valoriser les compétences personnelles aussi

  • pour la communication et la valorisation du projet, ne pas multiplier les outils mais bien utiliser ce que l’on a : articles, journal en ligne du lycée, site du lycée,

  • certificats et suppléments au diplôme : infos sur la nature des acquis de formation et aussi relevé de compétences dans le cadre d’une mobilité hors cadre de la formation

  • avant le départ des jeunes : demander des lettres de motivations, CV européen et réunir un comité de sélection, bien expliquer la démarche et la mettre en ligne sur le site du lycée

  • le programme doit être fortement marqué par la stratégie de l’établissement

  • l’implication du jeune et de sa famille dans les démarches fait partie de l’éducation à la citoyenneté

  • pour les mobilités de stage : ne pas négliger les problèmes de dérogations. Il appartient aux directeurs de vérifier que les entreprises d’accueil sont en règle avec les éventuelles dérogations en vigueur dans le pays d’accueil et pas celui d’envoi.

  • les périodes de stage à l’étranger doivent être intégrées dans les plans d’évaluations prévisionnelles

  • le site internet doit être actualisé sur la Coop Inter

Fabienne ROUCHUT

Réunion Coop Inter 20 janvier 2014

Outils utiles à la Coop Inter :

  • La Plateforme Moveagri : moveagri.ning.com

    Permet les échanges d’infos utiles sur la préparation aux mobilités et stages à l’étranger. On y trouve des groupes par pays, des infos sur les bourses, les Cvs, des témoignages d’étudiants qui sont partis en stage à l’étranger….

  • Le portail coop : portailcoop.educagri.fr

    Permet aux établissements de s’inscrire avec leurs partenaires. Repérage plus facile par pays. Propose aussi une carte des animateurs de réseaux géographiques et un calendrier des évènements (réunions réseaux par exemple).

  • European Mobility : www.european-mobility.eu

    Générateur de conventions dans différentes langues. S’inscrire sur le site. Choisir le pays et réaliser une convention. Drapeau Espagnol attention! C’est du Catalan. Sélectionner pays d’envoi et pays d’accueil. Seulement pour l’Europe. Conventions recommandées par note de service.

  • Plateforme Penelope + : www.erasmusplus.fr/penelope/

  • Site de l’agence 2e2f www.2e2f.fr

    > plate-forme technique

    > Pénélope, fiches-action http://penelope.2e2f.fr

Charte ECHE (European Charter for Higher Education) :

Ce que l’on appelait charte Erasmus auparavant. Les personnels des établissements sont des cibles de cette nouvelle Charte. Mobilité des enseignants et des étudiants. Mais, cette nouvelle Charte vise plutôt les mobilités d’études à l’étranger (un semestre dans une université étrangère) et les mobilités d’accueil. Les stages aussi mais c’est moins une priorité.

Il faut avoir une charte ECHE pour toute mobilité d’étudiants de BTS.

Rejet de notre charte ECHE :

  • le manque de clarté quant au type de mobilités souhaitées.

  • le manque de procédés de reconnaissance

  • Le catalogue de cours n’est pas disponible

  • Les procédures permettant d’établir des accords ne sont pas définies

  • L’apport linguistique n’est pas encore défini.

Pour la plupart de ces points, la politique de l’établissement est désignée comme n’étant pas encore définie, en raison de l’absence actuelle de mobilités, ceci n’est pas une raison acceptable, puisque l’organisation d’une mobilité, selon tous les aspects définis dans le formulaire, aurait dû être définie avant le dépôt de la candidature pour la Charte.

Il nous faudra définir une stratégie claire de l’établissement, les objectifs et priorités du programme doivent être bien réfléchis et expliqués , à commencer part l’internationalisation.

L’établissement devrait expliquer la relation entre les objectifs institutionnels et les actions proposées dans le programme ; la stratégie actuellement en cours et celle prévue (notamment en termes de processus de reconnaissance) pour l’avenir et en particulier la cohérence avec les priorités du calendrier de modernisation. Expliciter la manière dont nous choisissons nos partenaires, dans quelle zone géographique, et souligner les objectifs les plus importants et les groupes cibles des actions de mobilité.

Erasmus + (Education, Formation, Jeunesse, Sport):

Erasmus + regroupe tous les programmes qui existaient avant (Comenius, Leonardo, Grundtwig…).

5 secteurs : Enseignement scolaire, Enseignement/formation professionnelle, Enseignement supérieur, Education des adultes, Jeunesse.

Trois actions clés : KA (Key actions)

Action clé 1 : mobilité à des fins d’apprentissage : stages (action décentralisée)

Action 2 : Coopération et partenariats pour l’innovation et les bonnes pratiques, action décentralisée. Exemple : travail commun à plusieurs pays autour d’un thème.

Action 3 : Soutien aux politiques publiques (action centralisée)

Il faut choisir une action clé par programme et la développer. Attention ! L’action clé 3 ne nous concerne pas.

Action clé 1 :

Public cible : enseignement supérieur, mobilité d’études (3 à 12 mois) ou de stage 2 à 12 mois.

Apprentis apprenants en formation : mobilité de stage 2 semaines à 12 mois.

Jeunesse : jeunes de 13 à 30 ans Service volontaire (17-30 ans) Echange de groupes de jeunes (13-30 ans)

Action clé 2 :

Coopération et partenariats pour l’innovation et les bonnes pratiques.

Partenariats stratégiques entre organisations actives dans le domaine de l’éducation, de la formation, de l’enseignement supérieur, de l’éducation des adultes et de la jeunesse. 23000 partenariats impliquant 115000 institutions.

Coopération entre acteurs de l’éducation et de la formation. Mobilité transnationale financée uniquement si sa valeur ajoutée est démontrée.

2-3 ans

Minimum 3 organisations de 3 pays différents.

Ouverture aux pays tiers si justifé.

Partenariats transsectoriels :

Etablissements scolaires, universités, collectivités, entreprises… Pas d’acteur à privilégier par rapport aux autres.

Fabienne ROUCHUT